Visite du ministre des Affaires étrangères Japonaise en terre malagasy : grande discussion pour une grande première.

  • 29 avril 2024

Après une discussion de travail avec son homologue malagasy le 27 avril, le ministre des Affaires étrangères du Japon, Yoko Kamikawa, a été reçu le dimanche 28 avril par le président de la République malagasy Andry Rajoelina. Dans son discours de bienvenu et de reconnaissance de la visite du ministre nipponne, une grande première dans l’histoire de la coopération entre les deux pays, ce dernier a exposé l’intérêt et l’importance de rencontrer personnellement la ministre japonaise en s’exprimant « j’ai expressément bousculé mon agenda afin de pouvoir écouter et discuter ensemble avec vous madame, et de voir comment renforcer la coopération entre nos deux pays ». Notant par la suite que son agenda est largement chargé de plusieurs événements officiels dans le Sud de Madagascar, mais a pris personnellement la décision de revenir sur Antananarivo, « bousculé son programme » vu l’intérêt que porte cette visite.

On apprend par la suite à travers les informations glanées sur la page officielle de l’ambassade du Japon que la visite de la ministre des Affaires étrangères à Madagascar porte effectivement sur la manière de renforcer de la coopération économique et géopolitique entre les deux pays. Il a été discuté la manière d’impliquer le partenariat avec Madagascar dans deux instruments de coopérations économique et maritime initié par le Japon, par le biais du « Free and open Indo-Pacific (FOIP) » (Indo-Pacifique libre et ouvert), ainsi que le nouveau modèle de coopération Co-creation for Common Agenda Initiative.

Le désir de renforcer la coopération dans le développement des exploitations des ressources minérales et la connectivité maritime a été exprimé par le Japon, et que le président Andry Rajoelina aurait déclaré « qu’il attachait une grande importance à l’entretien des autoroutes et autres routes ». Le communiqué du Japon rapporte également qu’il a été convenu que « les deux parties, en tant qu’Etats maritimes, travailleront ensemble pour maintenir un ordre maritime libre et ouvert basé sur l’Etat de droit afin de matérialiser le partenariat Indo-Pacific Libre et Ouvert ‘FOIP) ».

Partagez :
Haga Rajaonaly