Vanille de Madagascar : le ministère chargé du Commerce courtise le Japon

  • 7 février 2023

La France et les Etats-Unis sont les plus grands acheteurs de la vanille de Madagascar. Mais le ministre de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation, Edgard Razafindravahy, n’a pas hésité à solliciter le Japon à s’y mettre davantage lors de sa rencontre avec le diplomate du pays du Soleil levant à Madagascar, Abe Koji, à son bureau à Ambohidahy le 7 février.

« Notre marché est ouvert et nous invitons les acheteurs, industriels, grands chefs cuisiniers japonais à se fournir en vanille naturelle directement à Madagascar », a lancé Edgard Razafindravahy. Dans un communiqué relatif à cette rencontre, le ministère précise que le Japon importe 50 à 60 tonnes de vanille de Madagascar chaque année. « Mais vous pouvez facilement multiplier par 10 votre importation », ajoute le membre du gouvernement.

Le ministre rappelle que son département a mis en place une réforme et un assainissement de la filière vanille. Un appel à manifestation d’intention a, entre autres,  été lancé afin de bien connaître les acheteurs et le comportement du marché. « Notre première mission consiste à protéger les planteurs en premier lieu ». Ce prix plancher qu’on a fixé (75 000 ariary pour la vanille verte auprès des agriculteurs et 250 dollars le prix minimum à l’exportation)  vise à garantir un minimum de revenu aux producteurs de base.

Edgard Razafindravahy a également sollicité l’appui du Japon pour la mise en place d’un laboratoire respectant la norme internationale pour labelliser la vanille de Madagascar. « Ainsi, on ne pourra plus tromper les consommateurs que ce soit pour l’origine que pour la qualité et le taux de vanilline », a communiqué le ministère qui indique qu’ « Il est normal et logique que ce soit Madagascar qui est le plus grand producteur et exportateur de vanille dans le monde, qui fixe le prix de la vanille naturelle. »

 

 

Partagez :
Mahandry