Symposium national : une étape importante pour la santé mentale à Madagascar

  • 10 juin 2024

Une enquête récente menée par « Mini- mental State » révèle que 47% des habitants de la capitale, Antananarivo, souffrent d’au moins un trouble mental. Cette crise de santé mentale touche également les milieux carcéraux, où 98% des détenus éprouvent des émotions négatives, selon l’ONG Humanité & Inclusion.

Face à cette situation alarmante, le premier symposium national sur la santé mentale à Madagascar s’est tenu les 6 et 7 juin 2024, marquant une avancée significative dans le partenariat entre l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Ces journées ont été consacrées à aborder la problématique critique de la santé mentale, essentielle pour le bien-être des individus et leur contribution au développement du pays.

Avec l’appui technique de l’OMS, l’USAID soutient le Ministère de la Santé Publique dans l’amélioration des services de santé mentale à travers le pays. Ce symposium inaugure une série d’initiatives prévues sur deux ans dans le cadre de ce partenariat. Plus de 160 participants, dont des décideurs politiques, des chercheurs, des prestataires de services et des bailleurs de fonds, se sont réunis pour cet événement.

Compréhension du paysage de la santé mentale

L’objectif principal du symposium est de favoriser une meilleure compréhension du paysage de la santé mentale à Madagascar, d’identifier les principaux défis et de développer des stratégies et des actions prioritaires. Les participants ont contribué à la mise à jour du plan stratégique national de santé mentale, crucial pour pallier les insuffisances actuelles telles que la pénurie de spécialistes, la formation inadéquate en soins primaires et le manque de financement.

Le symposium a également mis en lumière la nécessité d’adopter une approche plus large de la santé mentale. En plus des soins médicaux traditionnels, il est crucial d’intégrer le soutien psychosocial, l’amélioration des capacités d’adaptation au stress et la promotion du soutien par les pairs pour renforcer la résilience.

L’OMS joue déjà un rôle crucial en fournissant des services de santé mentale essentiels, notamment dans les régions enclavées de Madagascar. Grâce à ses interventions, le Ministère de la Santé Publique a amélioré les indicateurs de santé et pu offrir des soins de santé mentale et des consultations psychiatriques dans le Grand Sud du pays.

Augmenter les centres psychiatriques

Selon le Dr Laurent Musango, Représentant de l’OMS à Madagascar : « La mise en place d’un service neurologique et d’un plus grand nombre de centres psychiatriques devra être une priorité pour les différentes régions du pays dans les années à venir. L’engagement de tous les partenaires en faveur d’une coordination multisectorielle jouera un rôle clé pour répondre aux besoins des personnes handicapées. »

Depuis 2022, l’USAID intègre la santé mentale dans son soutien aux soins de santé primaires à Madagascar. L’Administration Biden a fait de cet investissement une priorité, avec l’élaboration d’une première politique en matière de santé mentale et la nomination du Dr Jérôme Galea en tant que Coordinateur de la Santé Mentale et du Soutien Psychosocial. Le Dr Galea, présent à Madagascar pour cet événement, souligne : « À l’USAID, nous pensons que la santé mentale et le soutien psychosocial sont essentiels dans tous les domaines du développement et de l’aide humanitaire. » Cet engagement renouvelé promet de renforcer les capacités locales et de créer un avenir plus sain et plus résilient pour la population malagasy.

Partagez :
Sissie Raveloson