Prix du carburant et gestion de la Jirama : des changements sont programmés progressivement

  • 23 juin 2024

Les prix des carburants affichés à la pompe suivront désormais  l’application du mécanisme d’ajustement automatique de prix tandis que la gestion de la  Jirama doit obéir scrupuleusement  à un plan de redressement que le nouveau DG soumettra prochainement.  Les affirmations concernant les détails de ces deux changements majeurs  ont été relevées lors de la séance d’officialisation de l’approbation des deux aides du FMI des programmes de Madagascar au titre de la  FEC  et du FRD. Les changements qui devront être opérés concernant les prix du carburant concernent l’application progressive de l’ajustement automatique des prix en fonction des cours des carburants au marché international. Concernant, la Jirama, l’Etat malagasy a programmé un schéma visant à faire une « suppression progressive des subventions faits jusqu’ici aux carburants ». L’objectif principal de ces  deux mesures est, à termes,  de pouvoir  créer une espace budgétaire alloué aux dépenses sociales et aux investissements indispensables à la place  des dépenses colossales faites jusque-là dans les compensations  et dans les subventions intempestives et finalement non productive à la majorité de la population.

Les particularités des changements qui ont été annoncés reposent sur sa mise en œuvre progressive. La vérité de prix des carburants telle qu’elle est perçue dans son concept radicale ne se fera pas dans l’immédiate car quel que soit la variation du cours des carburant sur le marché international, le prix qui sera appliqué à Madagascar sera plafonné à 200 ar/ litre, que ce  soit dans un scénario de diminution ou d’augmentation du cours à l’international.

De  même pour les  mesures  d’abondant des subventions accordées à la Jirama qui continue d’être en difficulté à trouver  son équilibre  opérationnel se feront progressivement en fonction de la mise en œuvre du plan de redressement que le nouveau DG aura élaboré et soumettra pour approbation. D’une manière générale, ces deux décisions font parties des  préalables que  le FMI et l’Etat malagasy se sont mutuellement mis d’accord afin de réduire et à terme de pallier aux récurrents risques et aux gouffres budgétaire engendrés ensemble par la pratique faits jusqu’ici par l’Etat malagasy.

Les chiffres  sont exorbitants ; les dettes en achat de carburant de la Jirama aux pétroliers s’élèvent à 1444 milliards d’ariary selon les affirmations reçues. Tan disque la compensation par l’Etat aux prix des carburants pour faute d’application de longue durée de la vérité de prix s’élève à 790 milliards  d’ariary.

Si ces efforts  sont crédités des résultats attendus, ils permettront entre  autres de stabiliser la dette publique de Madagascar, en dessous des 60% du PIB à moyen terme selon les précisions.

Partagez :
Haga Rajaonaly