Présentation de la Politique générale de l’État devant l’Assemblée nationale: les 3 piliers programmés déclinés en Politique Générale de l’État.

  • 1 février 2024

Les trois piliers présentés et exposés par le Président Andry Rajoelina lors de la présentation des membres du gouvernement de Ntsay Christian ont été formellement et officiellement déclinés en PGE. Ces trois piliers constitueront désormais l’ossature de la politique générale des 5 prochaines années du 2e mandat du président Andry Rajoelina, qui se focalise désormais sur le capital humain (pilier 1) développement de l’industrialisation (pilier 2), et la bonne gouvernance (pilier 3). La nouvelle PGE est résumé dans un document de 24 pages, détaillants les contenues des activités et les programmes qui seront emmener à les réaliser ainsi que les agendas des atteintes des objectifs  en 100 jours, en 6 mois, en un an et toute au long des 5 ans et  ceux qui sont à mener d’urgence.

En substance, la nouvelle politique générale de l’État se focalise sur  la  poursuite de la précédente politique, englobée en 13 Velirano du président Andry Rajoelina. En préambule, il y est exposé que les 5 premières années du premier mandat ont été concentrées dans  la mise à dispositions dans  plusieurs districts et communes des infrastructures essentielles pour les services de base tels que la santé et l’éducation.

Dans les 5 prochaines années, la politique se concentrera alors sur la dotation en matériels nécessaires à leur fonctionnement afin de mettre en encrage le pilier capital humain. Un large panel de formation des femmes, des jeunes filles et des jeunes en général a été  également mis en accent dans  cette  nouvelle politique. L’objectif est de concevoir des individus autonomes financièrement, capables aux emplois qui leur conviennent et voire, apte  à créer des activités libérales convenablement rémunératrices.

Les opérations d’appuis en filets de sécurité sociaux aux personnes pauvres et vulnérables, aux victimes de la famine récurrente, aux enfants de moins de 5 ans, aux populations souffrant de l’accès  à l’eau potable, ont été intégralement raffermis, renforcer  et mis à une plus grande échelle. À cela se complètent les différentes actions de renforcement en infrastructure du secteur  agricole des greniers de Madagascar  et ceux qui ont des potentiels rizicoles (barrages, canaux d’irrigation, engrais chimiques et biologiques, etc..), afin de boucler la vision de la lutte contre l’insécurité alimentaire  et l’atteinte de l’objectif  d’autosuffisance  alimentaire.

Les exploitations minières, notamment le secteur aurifère a été également largement favorisé. La mise aux normes statutaires des structures telles que le Centrale de l’Or,  l’étude sur la mise en place d’une raffinerie d’or, le déploiement  des Bureaux d’administration minière, l’implantation des zones d’encadrement minières, seront des défis afin de parvenir à soutenir  la caisse de l’État via les produits financiers générés  par les ressources  minières de Madagascar. L’objectif le plus ambitieux est  d’atteindre les 15 tonnes d’or exportées après que tous les préparatifs soient bien installés.

La construction et la  rénovation de plusieurs infrastructures ont été  programmées. Hôpitaux, Lycée technique et professionnel, maison de culture, centre  de sports  et de loisirs ainsi que routes nationales et communales sont détaillés de manière  quantitative  et qualitative. Une vingtaine  de routes nationales ont été  énumérées ; 6 nouveaux stades, 6 nouvelles piscines olympiques, 32 pistes d’athlétismes en tartan, des forages, 47 centrales d’énergies solaires ont été entre autres les grands objectifs que l’exécutif s’est fixé  d’atteindre à travers  la PGE.

La seule recommandation exprimée par les députés et c’est la plus marquante au regard du Premier ministre Ntsay Christian  a été l’obligation par  chaque  ministère de présenter devant le parlement les résultats de chaque département sur  la réalisation du contenu du PGE, et la plus proche et l’atteinte des objectifs des 100 jours.

Partagez :
Mahandry