Présentation de la loi de finances 2024 : 3 piliers alignés avec les priorités stratégiques des ODD(s)

  • 28 novembre 2023

Le projet de loi de finances 2024 (PLF 2024) présenté par le gouvernement par le biais du ministère de l’Économie et des Finances repose principalement sur 3 piliers : renforcement du capital humain, appui à l’industrialisation et du secteur privé ainsi que le renforcement de la bonne gouvernance et des réformes dans la lutte contre la corruption.

Les 3 piliers ont été alignés en conformité avec les 4 priorités stratégiques conduisant à l’atteinte des Objectifs du développement Durable (2023-2030) tels qu’il a été adopté dans le nouveau cadre de coopération avec les Nations unies et Madagascar, et auquel le gouvernement malagasy s’est engagé à travers une signature dudit nouveau plan-cadre de coopération du 31 août 2023 dernier.

Ce nouveau plan-cadre de coopération définit 04 priorités stratégiques : renforcer la bonne gouvernance, l’état de droit et la sécurité ; assurer le développement du capital humain ; impulser la productivité du travail et la création d’emplois productifs pour des revenus décents et une économie compétitive ; et renforcer la gestion durable, résiliente et inclusive de l’environnement.

Dans la présentation globale effectuée par le ministre de l’Économie et des Finances, Rabarinirinarison Rindra, quelques points cruciaux ont été soulevés afin de mettre en œuvre les 3 piliers et d’atteindre en même temps les objectifs. Le budget des ministères du secteur social (éducation, santé, enseignement, eau-hygiène et assainissement, population) a été augmenté de 341 milliards d’ariary. Cette augmentation servira au recrutement massif accompagné de renforcement de capacité et de formation diverses.

Le second pilier est axé sur l’industrialisation soulignant en particulier le secteur minier, l’agroalimentaire, le tourisme ainsi que le développement rural. 77 milliards d’ariary supplémentaires seront ainsi affectés pour appuyer le développement rural, le renforcement des activités dans les zones côtières ainsi que la préservation de la biodiversité et des aires protégées.

Une des réformes apportées au titre de la décentralisation est l’augmentation à hauteur de 16,66% de la subvention allouée aux Collectivités territoriales décentralisées (CTD). Les communes recevront désormais 35 millions d’ariary au titre de subvention au lieu de 30 millions d’ariary comme auparavant.

Partagez :
Mahandry