Mise à jour de la stratégie nationale de la vulgarisation et conseil agricole.

  • 22 novembre 2023

L’ancienne stratégie date de l’année 2000 et depuis, plusieurs paramètres et facteurs ont changé amenant des difficultés certaines dans la politique du ministère de l’Agriculture et de l’élevage dans l’atteinte de ses objectifs principaux qui sont, l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire, la sécurité alimentaire, la croissance économique et la réduction de la pauvreté.

Ces difficultés prennent source entre autres dans l’inefficacité des services de vulgarisation agricole ainsi que dans l’accès limité des agriculteurs aux conseils agricoles, constate le ministère. Ces lacunes constituent à cet égard une entrave au développement du secteur.

L’atteinte des objectifs annoncés repose essentiellement sur l’augmentation des rendements agricoles, notamment rizicoles ; et sur l’augmentation des surfaces rizicoles. Ces deux facteurs dépendent en grande partie de la fiabilité et de l’efficacité des services de vulgarisation et des conseils agricoles, d’où l’importance de mettre à jour une nouvelle stratégie.

Les parties prenantes ainsi que les acteurs concernés (agriculteurs, producteurs, techniciens, partenaires…) se sont alors concertés, échangés et partagés durant deux jours (21 au 22 novembre) afin de dispenser leurs expériences et leurs expertises et leurs désidératas, et d’en tirer une stratégie concertée, fiable, mais surtout reflète au mieux les besoins et les défis actuels auxquels le secteur agricole malagasy fait face.

Ces deux jours de concertation font suite à une série du genre menée auparavant au niveau local, régional, national, et portent sur l’analyse de la situation de la vulgarisation à Madagascar.

Par ailleurs, dans l’attente de l’éventuelle mise en œuvre de cette stratégie mise à jour, le ministère a d’ores et déjà mis en place des mesures alternatives visant à pallier les lacunes déjà constatées. C’est ainsi que plusieurs manuels de stratégies semenciers, de gestion durable des infrastructures agricoles, de lutte antiérosive et de développement de l’agriculture biologique ont été remis par le ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Ramilison Harifidy, auprès de la confédération des agriculteurs, le Tranoben’ny tantsaha, avec lesquels les agriculteurs puissent s’orienter pour améliorer leurs productions.

Partagez :
Mahandry