Madagascar s’engage pour la Reforestation avec le Projet “AFR100”

  • 8 juillet 2024

Lors d’une réunion avec les journalistes à Antsahavola la semaine dernière, le ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Max Fontaine, a révélé l’engagement de Madagascar dans le projet AFR100/BMZ. Ce projet, impliquant six pays africains, a pour objectif de restaurer 100 millions d’hectares de terres dégradées d’ici 2030. Madagascar s’est engagé à réhabiliter quatre millions d’hectares de terres et de forêts dégradées, démontrant ainsi son attachement à la préservation de l’environnement.

Le ministre a souligné que cette initiative revêt une importance capitale dans la lutte contre la déforestation et la promotion du développement durable. Il a souligné la nécessité de saisir cette opportunité pour restaurer les paysages forestiers et assurer un avenir durable aux générations futures.

Le projet AFR100 bénéficie du soutien de nombreux partenaires techniques et financiers, nationaux et internationaux, tels que la FAO, la GIZ et l’AUDA-NEPAD. Ces collaborations sont essentielles pour assurer le succès de cette initiative à grande échelle. En 2025, Madagascar accueillera la neuvième réunion annuelle de l’AFR100 (APM9), grâce aux efforts de négociation du ministre Max Fontaine à Dar es Salam en juin 2024.

Engagement dans les Marchés du Carbone

En parallèle, Madagascar est activement impliqué sur le marché du carbone, avec des projets dans le marché volontaire et le marché réglementé sous le Protocole de Kyoto. Le pays a lancé une trentaine de projets dans le cadre du Mécanisme de Développement Propre (MDP), notamment dans les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, la valorisation des déchets, la foresterie et les biocarburants.

Le ministre a souligné l’importance de ces projets pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et promouvoir une économie verte. Les projets de marché carbone de Madagascar sont un témoignage concret de son engagement dans la lutte contre le changement climatique. De plus, une quarantaine de projets volontaires sont en cours, axés sur divers domaines tels que les fourneaux améliorés, l’eau potable, les énergies renouvelables, la gestion des déchets et des initiatives basées sur la nature. Cette combinaison d’efforts démontre la détermination de Madagascar à jouer un rôle clé dans la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique.

Partagez :
Mahandry