Lutte contre les maladies transmis par les animaux : une approche multisectorielle est nécessaire

  • 4 juin 2024

Les 4 et 5 juin 2024, un atelier crucial pour la lutte contre les maladies zoonotiques s’est tenu au Pavé Antaninarenina. Cet événement a rassemblé divers secteurs afin de répondre aux défis posés par les maladies d’origine animale, qui constituent 60 % des maladies humaines, incluant la rage, la fièvre de la vallée du Rift et diverses maladies d’origine alimentaire.

Une zoonose est une maladie infectieuse qui est passée de l’animal à l’homme. Les agents pathogènes zoonotiques peuvent être d’origine bactérienne, virale ou parasitaire, ou peuvent impliquer des agents non conventionnels et se propager à l’homme par contact direct ou par les aliments, l’eau ou l’environnement. Ces maladies ont un impact considérable sur la santé publique, les moyens de subsistance et l’économie mondiale.

Le comité de gestion nouvellement formé vise à prévenir et combattre ces maladies infectieuses en adoptant une approche intersectorielle. Cette initiative fait partie du programme “Une seule santé”, visant à renforcer la coopération entre le secteur de la santé humaine et animale. Cependant, l’efficacité de ce programme a été limitée par le manque de planification et de sensibilisation. Pour remédier à cela, la « Direction des Services Vétérinaires » (DSV), la « Direction de la Surveillance Sanitaire et de la Surveillance Épidémiologique et de la Riposte » (DVSSER), et la « Direction de Lutte contre les Maladies Tropicales Négligées » (DLMT) ont uni leurs efforts pour établir ce comité et promouvoir une collaboration intersectorielle renforcée.

Cet atelier marque une étape importante dans la lutte contre les maladies zoonotiques, avec l’objectif de développer des stratégies efficaces pour protéger la santé publique et stimuler le développement socio-économique.

Partagez :
Mahandry