Législatif du 29 mai : les délégués des candidats, piliers essentiels de la crédibilité

  • 17 mai 2024

La formation des formateurs des délégués de votes chargés  de représenter chaque candidat ou groupement politique a été effectuée ce 17 mai en collaboration étroite avec la  CENI et l’EISA (Institut Electoral pour une  Démocratie Durable en Afrique). L’objectif ultime est de pourvoir aux délégués les connaissances, les techniques élémentaires, essentielles et nécessaires pour garantir un scrutin crédible lors des votes, mais également garantir que les résultats reflètent fidèlement les choix des électeurs. Le défi de la formation est de bien consolider ces acteurs de premier plan à leurs missions, rôles et tâches dès l’ouverture des bureaux  de  vote  jusqu’à leurs fermetures, ponctué par le scellage et le transfert des plis contenant les bulletins de vote et des procès-verbaux aux SRMV.

Les  défis  qui attendent les délégués des candidats sont énormes face aux appréhensions et les doutes des acteurs politiques en général et notamment par participant aux législatives. Les mêmes doutes ont été maintes  fois soulevés lors des scrutins précédents. La solution efficace qui prévaut, recommandée et  réitérée par les instances électorales face  à  ce contexte  est d’assurer une présence  effective de délégué capable d’assumer  son rôle pour chaque candidat ou groupement politique dans  chaque bureau de vote.

Concernant l’aspect technique,  l’initiative de la  CENI et de l’EISA trouve sa pertinence car les experts et formateurs principaux auront à transmettre aux formateurs qui seront à leur tour chargé  de les retransmettre à chaque  niveau  des séries de formation qui va suivre, les connaissances et les techniques requis, les droits, prérogatives et  obligations des délégués suivant les textes et lois en vigueur.  Après la formation, chaque délégué devrait être armé de connaissances nécessaires et suffisantes pour être vigilant dans les contrôles d’irrégularité et capable de les rapporter dans les procès-verbaux ou de les pallier si les textes l’autorisent.

Concernant la  mesure des couvertures de délégué, actuellement, la CENI n’est pas encore en mesure de livrer si oui ou non, chaque  candidat ou groupement politique ont été  représentés par un ou des délégués. Les textes prévoient que les délégués doivent s’inscrire  auprès  de chaque circonscription électorale de District (CED) 15 jours avant la date du scrutin. La date  butoir de  cette inscription devrait être clôturée le 14 mai dernier étant donné que la date du scrutin est fixée le 29 mai prochain.

L’autre  défi qui incombe aux acteurs  politiques participants aux législatives est  l’enrôlement  et la mobilisation de délégués chargés de les représenter. Cette opération serait l’un des postes qui nécessitent une ressource financière relativement coûteuse quand le dit  délégué requiert une indemnité.  Avant même la fixation des calendriers officiels des législatives, les partis de l’opposition  ont fait appel au bénévolat des citoyens, citant le  nationalisme comme argument. Au stade actuel, on ne sait pas encore  si cet appel a été suivi.

Partagez :
Haga Rajaonaly