Journée mondiale du travail décent : les conditions de l’HIMO jugées comme « modèle »

  • 7 octobre 2022

Le travail HIMO (Haute Intensité de Main d’Œuvre) aurait traduit les  conditions de travail décent, respectant les standards prescrits par l’Organisation internationale du travail (OIT), selon les observations de  cette instance onusienne.

Les trois critères ont été suivis et respectés durant les pratiques de l‘HIMO à Madagascar. Ce sont  la prévention et la prise en charge des accidents du travail, les conditions d’accompagnement  sanitaire des travailleurs, les conditions salariales.

Ce bureau international a relevé que les conditions vécues  par  les travailleurs en HIMO, chargés de l’assainissement  du canal d’Andriantany, répondent aux critères du travail décent.

Sur les 500 travailleurs  de ce projet, 56% sont des femmes. Parmi eux, Olga témoigne des avantages qu’elle a obtenus, citant le respect du salaire minimum promis par l’État malagasy, la dotation de matériel de protection, la prise en charge sanitaire de sa famille. Chaque  travailleur et sa famille auraient bénéficié d’un mois d’accompagnement sanitaire après le projet, selon les informations recueillies.

Un évènement de sensibilisation sur la prévention des accidents de travail et l’accompagnement sanitaire avec les responsables de l’inspection de travail, le CNAPS, le service médical interentreprises, et les bénéficiaires du projet s’est tenu le 7 octobre, au stade Maki à Andohantapenaka.

Partagez :
Mahandry