Insécurité alimentaire dans les régions Vatovavy, Fitovinany et Atsimo-Atsinanana : Ikongo particulièrement notée par le MSF.

  • 30 janvier 2023
Médecins Sans Frontières (MSF) auraient constaté que plus d’un quart de la population de ces trois régions sont affectées par l’insécurité alimentaire aiguë. Cette constatation aurait découlé d’une enquête faite dans le cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire de janvier 2023 alors que le dépistage nutritionnel fait au mois de novembre 2022 aurait constaté que près d’un enfant sur cinq souffrait encore de malnutrition modérée ou sévère au début de la période de soudure de mois de novembre 2022.
 Les cas sont plus prononcés à Ikongo
La hausse de la malnutrition du district d’Ikongo a été singulièrement notée par le MSF dans son bulletin paru le 26 janvier dernier. Plusieurs communautés rurales de ce district seraient « affectées, et cela, en raison d’une grave pénurie alimentaire causée par la destruction des récoltes due aux cyclones successifs de 2022(Batsirai et Emnati) ». « Au début du mois de janvier 2023, 2 072 enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë sévère avaient été pris en charge dans le district d’Ikongo.
Près de la moitié de ces enfants ont été admis dans les programmes nutritionnels de MSF. Le MSF appréhende également une augmentation de ce nombre au cours des prochains mois « en raison du manque de nourriture combiné à la haute saison du paludisme ». « Au sein des communautés de ces régions, des taux de malnutrition étaient déjà élevés et les cyclones n’ont fait qu’aggraver une situation déjà compliquée», souligne le bulletin, ajoutant que « l’accès limité aux soins de santé et le Covid-19 ont également contribué à cette insécurité alimentaire ».
Témoignages en appuis
Le MSF aurait recueilli des témoignages auprès de nombreuses familles racontant que « malgré un rationnement minutieux, leurs stocks de nourriture de base seront complètement vides en février ». La situation serait encore « inquiétante, vu la production de cette année qui devrait être faible en raison des faibles pluies constatées en début de saison culturale ».
Le Chef de mission du MSF à Madagascar, Brian Willet, d’ajouter que « si un autre cyclone devait frapper l’île prochainement, cela transformerait cette situation déjà désastreuse en une catastrophe de plus grande ampleur ». Cinq centres de santé prennent aujourd’hui en charge les patients souffrant de malnutrition du district d’Ikongo et le MSF soutient actuellement 24 autres établissements de santé installés dans des endroits reculés.
Partagez :
Mahandry