Social

Impact de l’insécurité alimentaire sur la motricité : l’humanité inclusion met un alternatif

Les personnes atteintes de l’insécurité alimentaire aiguë sévère, phase 3, serait de 1,43 million sur la période novembre 2021 à août 2022 selon, les récents indicateurs de l’Integrated Phase Classification (IPC) 2021.

La phase 3 de l’insécurité alimentaire aiguë se manifeste par une malnutrition et 309.000 enfants de moins de cinq ans auraient été affectés par cette catégorie d’insécurité alimentaire. Les aléas climatiques et les bouleversements météorologiques, en période de début de la période culturale et en temps de récolte seraient également des facteurs aggravant l’insécurité alimentaire à Madagascar et la région Sud serait la plus affectée.

Le passage de la pandémie covid-19, aurait également apporté son lot de désagréments favorisant la malnutrition aiguë sévère. L’IPC estime alors que près de 1,779 millions de personnes pourraient être affectées d’ici mars 2023, dont des mères et des enfants, selon l’IPC 2022.

Si la malnutrition chronique entraîne déjà une réduction des capacités d’apprentissage, des problèmes liés à la scolarisation, une ramification générationnelles ; générant un coût financier supplémentaire lié aux traitements, pour l’individu atteint de la malnutrition aiguë sévère, les conséquences entraîne en plus des déficits psychomoteurs, des dysfonctionnements du système immunitaire, des troubles neurologiques, des retards de développement ainsi qu’un problème de communication.

C’est à travers ce contexte que l’ONG Humanité et Inclusion par le biais du projet TIALONGO (Tosika Iarahana Avy Longo) a initiée, élaborée et lancée la « thérapie de stimulation-malnutrition aigüe sévère » (TS-MAS) afin d’accompagner les enfants atteints de ces problèmes.

Les agents communautaires impliqués directement

Faute d’une prise en charge adéquate, et si aucune intervention ne serait effectuée à temps, ces deux types de malnutrition peuvent engendrer un handicap durable selon les observations. Le projet de l’ONG Humanité Inclusion (HI) aurait été d’ores et déjà approuvé par le ministère de la santé publique selon les affirmations.

Pour la mise en œuvre des actions, l’ HI collabore auprès des agents communautaires (AC) du fait de leur proximité à la population locale, notamment en termes de la prise en charge des enfants. Les AC ont pour mission primordiale de détecter les enfants atteintes de la malnutrition.

La prise en charge serait totalement gratuite. Pour la vulgarisation de TSMAS, un Atelier de plaidoyer pour l’insertion de la thérapie de stimulation dans la formation des professionnelles de réadaptation a eu lieu à Antaninarenina ce 7 décembre. L’objectif de l’atelier est de mobiliser les différents acteurs travaillant dans le domaine de la nutrition et de la réadaptation et de les approprier à l’approche TSMAS.

Articles similaires

Laisser un commentaire