Grand Sud de Madagascar: Besoins de plus de ressource en aide alimentaire pour sauver des vies

  • 23 septembre 2021

Plus de 400.000 femmes dans le Grand Sud de Madagascar ont été également victimes de manière indirects des impacts de la sécheresse et sont actuellement exposées à la violence sexiste selon l’UNFPA.

A cause de la sécheresse entraînant une profonde précarité des activités de subsistance dans le Sud , ces femmes se sont tournées vers la transaction sexuelle selon toujours l’UNFPA  selon les témoignages recueillis sur place à l’instar des femmes originaire d’Amboasary.

Elles ne pouvaient plus survivre en comptant sur l’agriculture. Mira, une des femmes interrogées témoigne que pour pouvoir subvenir aux besoins de ses trois enfants, elle doit se recourir vers cette alternative. Actuellement, elle est enceinte d’un 4e bébé dont le père est inconnu. Beaucoup d’autres filles se trouvent dans la même situation que Mira.

La difficulté d’accès aux services de santé sexuelle et reproductive amplifie le problème.

L’éloignement des centres de santé qui se situe entre cinq à six heures de marche favorise  la précarité des femmes, notamment celles qui tombent  enceintes mettant leurs santé en péril. Le taux de mortalité enregistré causé par ce nouveau phénomène  a été de 408 décès pour 100.000 naissances vivantes, cela, depuis des dizaines d’années dans le sud. Le pourcentage des naissances assistées par un personnel médical qui  est de 46% se trouve être inférieur par rapport à la couverture nationale .

Le droit et la liberté de disposer librement de la santé et du bien être des femmes et des jeunes femmes de la région se trouve littéralement bafoués  à cause de ce contexte en déduit le Directeur Régional de l’Afrique de l’Est et Australe auprès de l’UNFPA. Les aides ne doivent pas s’arrêter en temps de crise. Il a fait appel aux responsables des aides humanitaires de faire en sorte de protéger ce droit de toute « urgence et à tout prix.

Figure entre autres à travers la résolution des problèmes liés à l’accès et aux soins de santé reproductive, L’UNFPA a déployé 48 sages-femmes et trois cliniques mobiles dans cette  région.  69 établissements sur 240 ont reçu des kits de santé reproductive d’urgence qui répondront aux besoins urgents de plus de 30.000 femmes et filles âgées de 15 à 19 ans.

En mois d’octobre 2020, pour répondre aux besoins humanitaires, le gouvernement soutenu par les Nations unies et d’autres partenaires de développement ont donné des aides en nature pour 1,35 million de personnes sur 1,5 million dans le besoin.

L’UNFPA avec le Programme Alimentaire Mondiale a fourni des services intégrés de santé sexuelle et reproductive, des informations sur le planning familial, des services de nutrition et des actions de sensibilisation sur les sites de distribution de nourriture et d’argent.

Partagez :
Mahandry