Gastronomie : « il est temps de payer les mamans »

  • 13 mars 2024

Comme projet, le chef Lalaina envisage de sortir des femmes cheffes d’ici quelques années. On aimerait aussi voir toutes ces femmes dehors, vu que les femmes sont plutôt connues à la maison dans le monde de la cuisine à la base. ”Il est temps de payer ces mamans”, a évoqué chef Lalaina lors d’une conférence de presse tenue à l’IFM hier. Cela fait partie des transmissions des valeurs de la cuisine. C’est d’ailleurs le cas pour son grand restaurant dans la capitale. Chef Lalaina a souligné que la plupart de ces collègues sont des femmes, à ne citer que Nounousy comme exemple, une jeune fille dans la vingtaine.

Chef Lalaina dans son ” gastronomie française qui parle malgache” indique qu’il s’inspire même auprès des petites gargotes du coin. Ça pourrait être l’humeur de ses proches. Mais il a souligné que la transmission de cette valeur dépend constamment de la patience. Ainsi, il faut être très discipliné pour devenir un chef, comme a confirmé Nounousy, son assistante. On peut faire une grande école de cuisine, mais il faut surtout le feeling, le respect de l’hygiène, mais surtout une grande ambition pour devenir un (e) chef (fe).

Ces partages entrent dans le cadre du festival ”Goût de France” initié par le ministère français de l’Europe et des affaires étrangères avec un chef de renom français. Madagascar a pu accueillir Michel Widehem cette année pendant la 6e édition, qui est célébrée dans d’autres pays.

Partagez :
Nirinasoa Tafita