FAO : 20.000 ménages sont sortis de la difficulté absolue à Madagascar

  • 8 décembre 2023

Plus de 60.000 ménages ont reçu l’aide venant de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), pendant la période de kéré en 2020-2021. Après la phase de crise, 20.000 ménages sont sortis de la difficulté absolue et sont arrivés à un certain niveau de résilience après leur avoir proposé de nouvelle façon de produire. Beaucoup d’entre eux sont devenus des petits entrepreneurs, des paysans multiplicateurs de semence et les revendent à la FAO pour les utiliser pour aider ceux qui ont en encore besoin. La santé des enfants s’améliore, la production s’améliore, une augmentation des taux de fréquentation scolaire a aussi été constatée parmi les enfants qui ont été aidés par le projet selon Mbuli Charles Boliko, représentant de la FAO à Madagascar. Les enfants des familles soutenues ont également eu de meilleurs résultats scolaires.

Le soutien des 40.000 ménages continue pour atteindre les objectifs de réalisation de la sécurité alimentaire pour tous les citoyens dans tout le pays. La mission est de laisser les gens avec les connaissances dont ils ont besoin pour se prendre en charge eux-mêmes. Cependant, des gens s’accrochent aux vieilles habitudes donc ils ont des difficultés à mettre en œuvre les techniques pour améliorer sa productivité d’après le représentant de la FAO à Madagascar.

La FAO a travaillé dans une dizaine de régions de Madagascar comme Analamanga, Matsiatra Ambony, Amoron’i Mania, Anosy, Atsimo Andrefana, Atsimo Atsinanana, Vatovavy et Fitovinany. Elle fait en sorte que chaque être humain ait accès à une nourriture de qualité de quantité suffisante pour que chacun puisse mener une vie saine en leur montrant comment cultiver quoi en fonction de leur climat et de leur terre.

Pour l’année prochaine, une trentaine de projets sera mise en œuvre. Ils seront accès sur le cadre stratégique de la FAO autour de 4 piliers : amélioration de la production, amélioration de la nutrition, amélioration de l’environnement et amélioration des conditions de vie.

Partagez :
Natacha Hasimbola