Politique

Droit à la défense : un privilège encore méconnu déplore l’ordre des avocats

Un bureau de consultation est disposé dans chaque palais de justice où siège une cour d’appel, note une lettre du bureau de l’ordre des avocats, signée par l’actuel bâtonnier, Alain Raondry. Le bureau déplore cependant que « très peu de justiciables connaissent l’existence de ce service et très peu viennent y faire une consultation » alors que c’est une option pour ceux qui n’ont pas vraiment accès à des services d’avocats.

Les raisons seraient multiples selon les explications. Outre la méconnaissance, le manque de confiance en la justice constituerait une barrière difficile à franchir pour les personnes peu initié à la justice et à ses lourdes procédures. La peur des justiciables à entrer dans un palais de justice en serait également une des raisons. Vient à renforcer à ces désagréments la limitation de l’accès au palais de justice, observe le bureau des membres du barreau.

Ces faits entraînent ainsi « une méconnaissance du peuple de ses droits, (…) engendrant une inégalité flagrante se manifestant par une domination évidente et en tout point des riches sur les pauvres » note la lettre.

L’accès au conseil juridique devient un luxe que ceux qui ont le moyen de payer des frais d’avocats peuvent se permettre regrette le bureau.

En dépit de cette situation, les avocats n’auraient pas oublié d’assurer tant bien que mal leurs devoirs et rôle de défenseur des justiciables au titre de la commission d’office inscrite par la loi, et cela, malgré le sous effectif des avocats inscrits au tableau de l’ordre. Leur nombre dans tout Madagascar n’en serait que près d’un millier; 600 sont basés à Antananarivo.

Durant l’année 2021, les avocats commis d’office auraient offertes « gracieusement leurs services à 2.450 justiciables » pour la ville d’Antananarivo, ajoutant que la même défense est offerte dans toutes les provinces.

Le 13 et le 14 octobre prochain, le bureau des ordres des avocats célèbrera son 85ème anniversaire d’existence à Madagascar. Pour marquer cette célébration, le bureau envisage ainsi de mener des actions en vue de privilégier le concept de droit à la défense, le conseil, l’éducation et l’information aux justiciables de ces obligations d’apprendre ses droits selon la doctrine de la fameuse citation « nul n’est censé ignorer la loi ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer