Des charlatans se font passer pour des polices des mines.

  • 4 octobre 2023
Trois faits perpétrés sur trois différents endroits ont été rapportés auprès de la Direction des polices des mines d’Ampandrianomby, relatant l’existence d’individus se faisant passer pour des polices des mines, mais qui ne sont que des escrocs spécialisés en substance et produits miniers. Les mêmes méthodes, et les mêmes modes opératoires ont été rapportés par les victimes, permettant à la Direction des polices des mines d’affirmer qu’il s’agit des mêmes individus.
Descriptions des individus et identification d’un véhicule 4×4 de marque Toyota V8
Ce véhicule a été identifié comme celui utilisé par ces escrocs dans leurs multiples opérations et constitue le premier indice considérable qui va être exploité par les autorités minières. Les témoignages des victimes ont également permis de faire des descriptions des individus concernés. Le directeur de la police des mines, Ratonson Haridera, magistrat de son état, a été ferme ; cette affaire sera traitée avec la rigueur qui y convienne tant que les malfrats soient appréhendés et jugés. L’enjeu est considérable, car l’image et la sérénité de la direction de la police des mines, mais surtout des vrais agents qui y travaillent sont mises en cause.
Vraies méthodes opérationnelles des polices des mines
L’affaire a été dévoilée à la presse par cette direction, et le directeur en a profité de la présence des médias pour décrire les vraies méthodes opérationnelles des vraies polices des mines, exprimant ainsi en guise de message et de sensibilisation. Les vrais agents sont composés d’éléments mixtes (Gendarmes et Policiers) et travaillent toujours en binôme. Ils sont obligatoirement munis d’un badge officiel et d’un ordre de mission en bonne et due forme et reconnaissable à leur tenue. Autre l’uniforme de gendarmes et de policiers, les polices des mines portent un gilet inscrit au dos, « police des mines ». À défaut de ces différents dispositifs, soit l’enquête n’est pas formellement mandatée, soit c’est une escroquerie.
Direction de la police des mines, service encore méconnue
Ce service détient un bilan considérable mais demeure inconnu par le grand public. Sa mission est d’appréhender toutes infractions liées aux activités et exploitations minières qui ne respectent pas les lois et règlements en vigueur. La cour de la direction est actuellement envahie par différents types de pierre semi précieuse et industrielle saisies dans le cadre d’une enquête, d’une opération et d’un travail de routine d’usage, accompli entre 2015 et 2022. Toutes font l’objet d’un acte illicite. Les saisies d’or et de pierre précieuses ne sont pas concernées ni visibles dans le lot saisi puisqu’elles sont tout de suite transférées auprès de la Banque centrale malagasy à l’issu des procédures d’usage.
Un document dévoilé auprès des médias présents fait état d’une liste de 3 pages, décrivant des quantités considérables de différentes pierres précieuses de Madagascar (Saphir, Rubis, Tourmaline, Émeraude, Topaze,….) ainsi que leur poids, leur qualité et leur pureté (en carat). Ces richesses sont actuellement gardées sous scellé par la Banky foiben’i Madagasikara selon les précisions.
Partagez :
mialy