Banque mondiale : Madagascar reçoit 8,8 millions de dollars pour des crédits de carbone forestier

  • 5 décembre 2023

Madagascar reçoit 8,8 millions de dollars pour des crédits de carbone forestier qui permettront de mieux protéger les forêts et les communautés Madagascar a reçu 8,8 millions de dollars en crédits carbone pour la réduction de 1,76 million de tonnes d’émissions de carbone en 2020, devenant ainsi le troisième pays d’Afrique (après le Mozambique et le Ghana) à être payé par la Banque mondiale pour la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts, communément appelée REDD+.

Ce paiement est le premier d’une série de trois dans le cadre de l’accord de paiement de réductions d’émissions (ERPA) conclu avec le Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF) de la Banque mondiale, qui devrait permettre de débloquer jusqu’à 50 millions de dollars pour réduire jusqu’à 10 millions de tonnes d’émissions de CO2e le long de la côte orientale du pays, riche en forêts pluviales, d’ici à la fin de 2024. Les réductions d’émissions ont été déclarées par le Bureau National de Changement Climatique et REDD+ (BNCCREDD+) de Madagascar, puis confirmées par un processus de validation et de vérification approfondi et indépendant par une tierce partie.

« Nous félicitons Madagascar d’avoir franchi avec succès toutes les étapes nécessaires pour recevoir le premier paiement de l’ERPA, et nous nous réjouissons de poursuivre notre collaboration en matière d’action climatique », a déclaré Atou Seck, responsable des opérations de la Banque mondiale à Madagascar. « Les forêts de l’est de l’île fournissent des services écosystémiques essentiels à l’atténuation du changement climatique et à la résilience, notamment la conservation de la biodiversité, la protection des bassins versants et l’atténuation des sécheresses et des inondations. Ce programme aide à protéger les forêts restantes qui sont inextricablement liées au bien-être de nombreuses communautés dans cette région et dans tout le pays. »

Madagascar est l’un des huit principaux hauts lieux de la biodiversité mondiale et une zone de conservation prioritaire en raison du nombre important d’espèces menacées d’extinction. Malgré d’importants efforts de conservation, les écosystèmes de la forêt orientale du pays sont tellement fragmentés et dégradés que de nombreuses espèces animales indigènes ont disparu. Les causes directes de la déforestation à Madagascar sont l’agriculture à petite échelle, la production d’énergie, l’exploitation minière artisanale et illégale, l’exploitation forestière et les pratiques d’élevage. La zone du programme de réduction des émissions couvre 10 % du territoire malgache. Elle s’étend sur près de 7 millions d’hectares le long de l’écorégion de la forêt humide de l’est du pays, qui abrite plus de la moitié des forêts pluviales riches en biodiversité de Madagascar.

Le programme s’appuie sur l’approche de gestion intégrée des paysages du pays pour s’attaquer aux causes directes et indirectes de la déforestation et de la dégradation et pour protéger les bassins versants importants. Il renforce également la conservation et la gestion communautaire des forêts et s’appuie sur des chaînes de valeur agroforestières respectueuses des forêts. « Il y a 15 initiatives REDD+ à Madagascar et un plan de partage des bénéfices est en place avec les acteurs locaux et les communautés pour s’assurer qu’ils reçoivent la majorité des bénéfices », a déclaré Lovakanto Ravelomanana, coordinatrice du BNCCREDD+. « Cela permettra aux parties prenantes de continuer à promouvoir la gestion communautaire des ressources naturelles et la restauration des zones dégradées tout en stimulant des modèles agricoles respectueux de la conservation. »

Le Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF) est un partenariat mondial de gouvernements, d’entreprises, de la société civile et d’organisations de peuples autochtones axé sur la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts, la conservation des stocks de carbone forestier, la gestion durable des forêts et le renforcement des stocks de carbone forestier dans les pays en développement, des activités communément appelées REDD+. Lancé en 2008, le FCPF a travaillé avec 47 pays en développement d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et des Caraïbes, ainsi qu’avec 17 donateurs qui ont versé des contributions et pris des engagements pour un montant total de 1,3 milliard de dollars.

Partagez :
Mahandry