Economie

Aménagement de la plaine de Bas Mangoky : une niche économique à exploiter

Aménagement de la plaine de Bas Mangoky : une niche économique à exploitée La promotion de la plaine de Bas Mangoky nécessite des études et des aménagements divers et la mise en place d’une politique forte et efficace pour pouvoir optimiser le développement et l’exploitation de ce vaste site agricole, selon une explication du ministre de l’agriculture et de l’élevage, Ramilison Harifidy. Ces préalables seraient nécessaires pour diverses raisons.

D’abord afin de rendre plus attrayant la plaine aux regards des investisseurs, tant nationaux qu’internationaux. Des investisseurs potentiels auraient mis en attente leurs manifestations d’intérêts concernant une éventualité d’implantations à grande échelle dans le Bas Mangoky et attendent de l’Etat malagasy des actions de facilitations avant de s’y investir concrètement. Ces actions concerneraient essentiellement l’accessibilité et la connectivité, du et vers le site. Des compléments d’aménagements hydroagricoles seraient également nécessaires précise le ministre. Ces ouvrages auraient été sollicités par les investisseurs afin de faciliter les actions agricoles proprement dites.

A ce stade, le site n’est pas encore accessible pour y emmener des matériels et une grande partie des surfaces cultivables nécessiterait d’autres aménagements d’infrastructure hydroagricole. Des études « pédologiques », ou familièrement des études avancées du sol, seraient également nécessaires selon le ministre. Pour le problème d’accessibilité, un partenariat en vue de construire un long pont menant directement dans la plaine serait d’ores et déjà en cours selon le ministre. 3.500 ha attribués aux locaux. Anciennement appelé ministère du développement et de la réforme agraire (MDRA), l’actuel ministère chargé de l’agriculture poursuit dans le Bas Mangoky la politique grandeur nature de la réforme agraire ; une vision déclinée à attribuer aux paysans un lopin de terre pour en faire un moteur du développement.

D’une superficie de 200.000 ha, 3.500 ha de Bas Mangoky aurait déjà reçu l’aménagement nécessaire. Cette surface de terre agricole serait en attente de distribution définitive aux locaux pour leurs besoins en agriculture. La déclaration est du ministre de l’agriculture Ramilison Harifidy indiquant que chaque bénéficiaire recevra un titre définitif, garantissant la pérennisation de leur activité. Préalablement, le ministère aurait remis à un comité d’attribution des terres un certain pouvoir pour que ladite attribution soit équitable selon les explications.

Ce comité est actuellement dirigé par des personnes détentrices de la légitimité morale locale (olobe) en collaboration avec les membres de la communauté, explique le ministre. 15.000 ha supplémentaires de la plaine serait également en cours d’étude d’aménagement afin d’attirer d’autres projets affirme le ministre. Les appels aux investisseurs privés sont toujours valables et l’approche BtoB initiée par le MINAE serait toujours en cours afin d’y parvenir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer