Agriculture : défis des 100 jours, fourniture massive d’intrants aux paysans éleveurs

  • 5 février 2024

Le top a été donné par le ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Suzelin Ratohiarijaona, ce 05 février. Les équipes de la direction générale de l’élevage et ces collaborateurs ont 100 jours pour déployer une batterie d’intrants et de matériels aux éleveurs paysans éparpillés dans les 23 régions de Madagascar. Pour y parvenir, le ministère collabore avec 2 grandes coopératives et confédérations paysannes, le foyer des paysans et la confédération Fekritama (Fivondronamben’ny tantsaha Madagasikara). L’objectif est d’appuyer davantage le professionnalisme des éleveurs malagasy et d’inciter à optimiser leur production. L’échantillon des matériels à distribuer a été exposé aux représentants des éleveurs ce jour afin que les bénéficiaires puissent prendre la mesure des appuis qui leur seront conférés.

Le ministère a choisi cette voie afin de pousser les éleveurs à des activités mieux organisées et plus modernes en leur dotant des matériels d’élevage respectant les normes et les besoins d’exploitation moderne. Tous les secteurs ont été plus ou moins pris en considération, aviaire, bovin, porcin, apiculture et recevront des matériels adaptés à une exploitation professionnelle avec en sus des couveuses alimentées par groupe électrogène pour le secteur aviaire.

Outre les matériels d’exploitation et de production, les éleveurs recevront également des intrants en aliments complémentaires riches en vitamines et minéraux pour leurs bétails. L’action a été planifiée depuis décembre 2023 souligne le ministre Suzelin Ratohiarijaona. La continuité et l’accélération du rythme sont des défis majeurs toute en gardant à l’horizon le double objectif d’augmenter la production animale et la consommation de viande animale pour la population. Selon les récentes informations, la consommation en viande protéinée des malagasy est encore très faible avec 10kg par personne par an en moyenne, comparé aux 40 kg par personne par an de la population des pays en développement.

Le secteur élevage occupe 15% du part du PIB national avec les actuelles méthodes conventionnelles voire archaïques selon les données partagées par le ministre. En moyenne, 60% des recettes paysannes proviennent des produits de l’élevage et servent à peine à subvenir aux besoins quotidiens (nourriture, habillement, médicaments) sans pouvoir faire des économies et des épargnes et surtout garantir une bonne scolarité. Le grand défi à long et moyen terme du ministère est de mieux professionnaliser le secteur à travers des formations et des incubations plus poussées de paysans pour devenir des entrepreneurs éleveurs et participer activement dans la structure économique nationale.

Partagez :
Mahandry