Lutte anticorruption : Madagascar fait du sur place

  • 30 janvier 2024

Madagascar réalise un score de 25/100 en 2023, perdant un point par rapport à l’année 2022 selon l’indice de corruption publié par Transparency international initiative Madagascar, présentée officiellement ce mardi 30 janvier 2024 à Anosy. Méthodologiquement parlant, les écarts à la hausse ou à la baisse d’un ou de deux points ne sont pas significatifs, mais traduisent plutôt une stagnation, rejoignant la tendance mondiale. Pour les 8 années consécutives, Madagascar stagne autour de 25/100 et n’a jamais réussi à égaliser son meilleur score de 32/100 réalisé en 2012.

Une mauvaise gouvernance chronique, mêlée à des promesses anti-corruption tonitruantes suivies d’actions limitées, la persistance du corporatisme, la mainmise de l’exécutif sur le systeme judiciaire et le législatif, la non-application de la loi, le clientélisme et la capture de l’Etat par des intérêts privés, le déclin de l’espace civique et des libertés fondamentales – incluant les persécutions des lanceurs d’alerte anti-corruption, la non-adoption de la loi pour l’accès à l’information à caractère public, la multiplication des scandales de corruption impliquant des personnes politiquement exposées et la persistance de l’impunité constituent les principales raisons de cette stagnation.

TI-MG se joint aux 109 autres sections de Transparency International pour formuler les recommandations générales suivantes : renforcer l’indépendance du système judiciaire. Introduire des mécanismes d’intégrité et de contrôle , améliorer l’accès à la justice, rendre la justice plus transparente, promouvoir la coopération au sein du système judiciaire, regarder au-delà des frontières nationales.

Partagez :
Mahandry